smartphone pliable

La conception des Smartphones a peu changé ces dernières années. Bien sûr, les téléphones sont devenus plus gros et plus minces, mais ils ont maintenu le facteur de forme de boîte à savon que Steve Jobs et ses amis ont popularisé il y a plus d’une décennie. Cela est peut-être sur le point de changer.

Après des années de stagnation des ventes de téléphones, les fabricants commencent à expérimenter de nouveaux éléments de design, de nouvelles expériences utilisateur et même de nouvelles formes de téléphones. Cette expérimentation a débuté fin 2018 et est sur le point de s’épanouir pleinement le 25 février, lors du Mobile World Congress de Barcelone.

DES TÉLÉPHONES SANS COUTURE SANS TROUS NI BOUTONS

Imaginez un téléphone qui n’a pas de trous visibles, pas de ports USB-C, pas de mini-prise stéréo, pas de boutons, pas de plateau SIM, pas de grilles d’enceintes. Un téléphone qui ressemble à une plaque de verre solide qui s’allume comme par magie.

En théorie, cela semble être un exploit de science-fiction impossible : comment faire fonctionner quelque chose de complètement dépourvu de boutons ? Comment se connecter au réseau de téléphonie mobile sans carte SIM ?

C’est exactement ce que deux constructeurs viennent d’annoncer cette semaine en préparation de la CMM : la Vivo Apex 2019 et la Meizu Zero.

Pour se débarrasser de l’USB-C et de la prise casque, le Meizu utilise la recharge sans fil, l’audio Bluetooth et les communications LTE/Wi-Fi habituelles. La Vivo fait la même chose, mais charge à travers des broches métalliques magnétiques au ras de la surface arrière et, au lieu de LTE, utilise 5G.

Pour éviter les grilles de haut-parleurs, qui sont nécessaires avec les haut-parleurs traditionnels pour que le son souffle sur le corps, ces téléphones utilisent la technologie piézo-électrique qui fait vibrer leurs écrans OLED pour qu’ils puissent agir comme haut-parleurs.

Pour éliminer les boutons de puissance et de volume, Vivo et Meizu les ont remplacés par des surfaces tactiles intégrées sur les bords du corps. Ces surfaces ont une rétroaction haptique. Lorsque les utilisateurs les touchent, ils ont l’impression de cliquer sur des boutons physiques, comme l’a fait Apple avec le bouton d’accueil de l’iPhone 7 et 8.

Il n’y a pas de plateau SIM car les téléphones supportent exclusivement e-SIM, la carte SIM virtuelle intégrée qui est utilisée par des gadgets comme la Apple Watch pour se connecter au réseau de téléphonie mobile.

Le Meizu a une tache proéminente à l’arrière, là où se trouvent les objectifs de la caméra, mais les caméras de la Vivo sont complètement affleurantes avec son corps tout en verre.

C’est la dernière étape naturelle du facteur de forme existant du téléphone, réalisant quelque chose que Jonathon Ive a taquiné dans la vidéo qui a présenté l’iPhone X : « Depuis plus d’une décennie, notre intention est de créer un iPhone qui est tout écran », commence-t-il, « un objet physique qui disparaît dans l’expérience ». L’iPhone, avec son horreur d’entaille, n’était pas ce Saint Graal. Mais la Vivo et le Meizu semblent y parvenir. Ils sont l’expression la plus pure du design que j’ai lui-même initié il y a 12 ans.

Le seul problème, c’est le timing : Certaines de leurs caractéristiques sont peut-être arrivées trop tôt. E-SIM ne dispose pas (encore) d’un large support des opérateurs dans le monde entier. La charge sans fil peut également être incommode pour certains. Ces téléphones utilisent une charge sans fil de 18W, ce qui n’est nulle part aussi rapide qu’un chargeur filaire de 50W (par contre, les iPhones viennent avec des chargeurs filaires de 10W). Il y a donc probablement un certain compromis sur le plan de la fonctionnalité. C’est peut-être la raison pour laquelle les téléphones, tout en étant fonctionnels, seront des séries limitées pour démontrer les prouesses technologiques de l’entreprise. Mais si l’on se fie au passé (Vivo a eu la même approche « show now, launch later » avec la Vivo Apex 2018), on peut s’attendre à ce que ces téléphones soient des produits utilisateurs d’ici l’été.

L’ASSASSINAT DE L’ENTAILLE

Si vous regardez les téléphones aujourd’hui, 99% d’entre eux ressemblent à l’iPhone X ou XS, avec une encoche sur le dessus qui varie en taille selon le fabricant. Apple a « inventé » l’encoche par nécessité : L’entreprise voulait éliminer les collerettes, alors elle a éliminé le bouton de la maison. Mais, comme il n’y avait pas de technologie TouchID sous-affichée à l’époque, Apple a décidé de passer à la reconnaissance faciale. Après tout, il n’y avait apparemment aucun moyen d’éliminer la caméra de selfie et le haut-parleur d’oreille (il y en avait un, comme nous le verrons plus loin). Mais comme une bonne reconnaissance faciale nécessitait plusieurs capteurs, elle nécessitait également une grande surface.

L’iPhone X a eu son entaille, et peu de temps après la plupart des fabricants de téléphones ont commencé à imiter Apple, même si beaucoup de gens ont attaqué violemment l’entaille. Mais aujourd’hui, certaines de ces entreprises se sont efforcées d’éliminer l’entaille une fois pour toutes. On peut imaginer qu’ils veulent relancer la demande en offrant un véritable plein écran, attirant les gens qui n’aiment pas l’encoche. Et ça veut dire déplacer la caméra de selfie ailleurs.

Certains, comme Vivo, ont échangé l’encoche contre une caméra électromécanique pop-up en 2018. Il apparaît lorsque vous voulez prendre un selfie, pour disparaître dans le corps du téléphone lorsque vous avez terminé. L’Apex 2019 que nous verrons à la CMM l’aura aussi.

D’autres sociétés ont décidé de cacher la caméra sous un écran coulissant, comme l’Oppo Find X, Xiaomi Mi Mix 3, l’Honor Magic 2, et le Lenovo Z6. Chaque fois que vous voulez prendre un selfie, il vous suffit d’appuyer sur l’écran avec votre pouce. L’écran se déplace d’environ un tiers de pouce, révélant.

Le troisième design qui tue les entailles vient à l’origine de Samsung : En utilisant une méthode brevetée pour percer des panneaux OLED avec des lasers, la société coréenne a pu faire un trou pour que le capteur de la caméra puisse voir à travers l’écran. Son Galaxy A8s a été le premier à permuter l’encoche géante de l’horreur sur le petit trou de l’horreur. Depuis lors, de nombreux autres téléphones ont adopté le même affichage – que Samsung Electronics vend à des tiers – pour tuer l’encoche.

Mais le design le plus radical pour se débarrasser de l’encoche est le téléphone à double écran sur le Nubia X et la Vivo Nex 2. Plutôt que d’essayer de cacher l’appareil photo ou de le mettre ailleurs, ces téléphones l’éliminent complètement. Au lieu de cela, ils ajoutent un deuxième écran OLED à l’arrière du téléphone, de sorte que vous pouvez facilement le retourner et l’utiliser pour mieux capturer les selfies avec l’appareil photo principal à plus grande résolution et le flash – parfait pour les selfies de nuit.

Bien que ces téléphones soient arrivés fin 2018, ils auront une grande influence à la CMM cette année.

SMARTPHONES PLIABLES

La tendance la plus importante de 2019 (et au-delà) est le smartphone pliable. L’invasion des téléphones qui se transforment en tablettes ou des tablettes qui s’effondrent en téléphones, peu importe ce que vous préférez, est maintenant une certitude.

La promesse est simple : transporter un téléphone plus petit que les modèles actuels pour des tâches simples comme le courrier, la messagerie, les opérations bancaires et le covoiturage. Étendez-le sur une grande surface pour regarder des films, lire des nouvelles et des livres, et plus encore.

Mais dans la plupart des modèles pliables annoncés à ce jour, le téléphone pliable n’est pas aussi compact que vous pourriez l’imaginer. Les raisons en sont la taille limitée de la batterie et les angles de pliage – les modèles que nous avons vus jusqu’à présent ne peuvent pas se fermer aussi parfaitement qu’un ordinateur portable, nécessitant un peu d’espace pour séparer la surface près des charnières.

Mais il est probable que cela va bientôt changer. Les fabricants croient que ce facteur de forme futuriste est le prochain terrain d’expansion virginal. Google, par exemple, a travaillé pendant des années sur Android qui peut fonctionner de façon transparente à travers de multiples facteurs de forme tout en travaillant sur des technologies pour créer son propre pixel pliable.

Google a travaillé en étroite collaboration avec Samsung sur le Galaxy Foldable. C’est la première grande marque à avoir présenté en avant-première un prototype pliable déguisé en novembre dernier, qui sera dévoilé en février.

Mais la foire de Barcelone apportera beaucoup plus de modèles pliants. Huawei fera ses débuts en tant que compétiteur de la Galaxie pliable. LG en annonce également un.

Nous verrons probablement aussi une version du Motorola Razr avec un affichage flexible, un tirage limité de 250 000 unités exclusif à Verizon pour un montant de 1 500 $ chacun. Mais celui-ci, au lieu de se transformer en tablette, passera d’un petit téléphone plié à un grand téléphone. C’est la renaissance du téléphone à rabat, avec un affichage flexible.

D’autres grandes marques Android comme ZTE et Oppo sont réputées pour apporter des designs pliables, aussi.